Alimentation et santé
publié le 09/05/2014

Plus gros et de plus en plus tôt
Les consommateurs de viennoiseries bon marché, de confiseries, de plats cuisinés, de biscuits bourrés d’huiles végétales saturés et hydrogénées sont les plus  « exposées » à une consommation excessive d’acides gras trans.
 
Votre santé vous appartient et vous en êtes les acteurs
 
Les fléaux de ces modes de vie alimentaires sont : 
Augmentation du diabète, l’hypertension artérielle, les accidents cardio-vasculaire et aussi de certains cancers, de troubles des articulations, obésité, sans oublier les inévitables problèmes psychologiques.
 
 
L’équilibre de la vie est fragile, il passe par notre alimentation
Les changements de nos modes alimentaires ne sont pas sans conséquences sur le fonctionnement de notre organisme : grignotages, excès de sucre et mauvais choix d’huile favorisent la fabrication et le stockage des graisses dans le corps
 
La diversité : il faut manger de tout, en petites quantités, car chaque viande, chaque graine, chaque fruit, chaque fromage, chaque matière grasse animale ou végétale apporte son lot de nutriments particuliers.
 
L’équilibre : attention aux excès, à la quantité, l’équilibre  mais aussi LA QUALITÉ.
Faites vos choix alimentaires, limitez les plats cuisinés, lisez les étiquettes car la composition « modernes » de nos aliments semble faciliter ce stockage disgracieux de graisses sur nos hanches. 
 
Lire une étiquette et limitez :
  • Huile de palme ; c’est l’huile la moins chère du monde. C’est une graisse « saturée » donc « solide » qui est plus faciles à utiliser dans le processus de fabrication des aliments.Pour la rendre plus dure, on peut la « saturer » artificiellement, l’hydrogéner .Mais ces huiles produisent des acides gras non naturels qu’on appelle acides gras trans. Des enquêtes épidémiologiques ont révélées que plus on en consommait, et plus la prévalence des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers augmentaient. Limitez au maximum les huiles de palme, coprah, palmiste, huiles hydrogénées et huile végétale (car s’il n’y a aucune précision sur l’huile employée,  il y a de très fortes probabilités que ce soit de l’huile de palme !)
 
  • E…suivi d’un numéro, colorants, émulsifiants, aromes…
 
  • les sucres : Saccharose, sirop d'amidon, sirop de glucose-fructose, glucose, dextrose, Maltose, extrait de malt, maltodextrine, dextrine …
 
  • Édulcorants : substance de  synthèse comme : l'aspartame, la saccharine, l'acésulfame, K Polyols
 
  • farine de graine de caroube et gomme de guar. Pourquoi ? Pour vendre de l’eau car ces fibres en gonflant retiennent beaucoup d’eau.
 
Agriculture, élevage et santé
Nous sommes programmés pour assimiler les nutriments fournis par les produits de l’élevage.
Quand ils sont bons, tout est bénéfice ! Mais quand la chaîne alimentaire est pervertie ou polluée, l’assimilation des nutriments en excès (acides gras saturés ou oméga 6, par exemple), voire les contaminents se fait malheureusement bien aussi.
Dans ces mesures nous mettons en évidence un lien entre agriculture, élevage et santé.
 
Conclusion
Alors demain, qui sera vainqueur des maladies de civilisation ?
C’est vraisemblablement un comportement de consommateurs d’une part et dans un changement qualitatif de nos comportements de producteurs à l’autre bout de la chaîne alimentaire d’autres part, que nous trouveront la majeure partie des solutions aux problèmes que posent ces nouvelles maladies de civilisation.                        Myriam AMAT
 
Taxons la malbouffe !
Le Point.fr - Publié le 15/04/2013 à 10:58
Selon le Dr Chevallier, une fiscalité alimentaire incitative et la prévention peuvent changer les habitudes, au grand bénéfice de la sécurité sociale.