Cigarette électronique efficacité contestée
publié le 25/08/2016

 

Substituts gestuels : efficacité contestée

Les cigarettes électroniques tendent à maintenir la gestuelle du fait de fumer et la dépendance comportementale associée.

C'est un moyen « rassurant » pour arrêter de fumer, mais le taux de réussite est très faible : les risques de rechute sont donc importants quand on enlève la fausse cigarette et qu'il ne reste plus rien :

 Le fumeur conserve la gestuelle et le mode de vie qui va avec.

Les substituts gestuels ne sont pas validés par les instances médicales pour l'arrêt du tabac.

 

 

Jean-Pol Tassin neurobiologiste : « la cigarette électronique est vendue pour quelque chose qu’elle ne fait pas »

 

Le problème essentiel avec la cigarette électronique, c’est qu’effectivement elle est vendue pour quelque chose qu’elle ne fait pas. C’est-à-dire que elle distribue de la nicotine, certes, mais on sait que la nicotine seule ne permet pas de supporter le manque correspondant à l’addiction.
Donc, ce n’est pas une réalité que de faire penser au gens qu’en prenant des cigarettes électroniques, ils vont arrêter de fumer. D’ailleurs les études  qui ont été faite montrent qu’il n’y a pas de bons résultats avec la cigarette électronique par rapport à l’arrêt du tabac.

 

 

 

Cigarette électronique. Certaines substances 10 fois plus cancérigènes que le tabac

 

Les vapeurs de cigarettes électroniques contiennent des substances cancérigènes, en quantités parfois bien supérieures à la fumée de tabac, montre une étude japonaise.

Les vapeurs absorbées contiennent entre autres souvent du formaldéhyde, un composé aussi appelé formol considéré comme favorisant les cancers, de l'acroléine, du glyoxal (ou éthanedial) ou encore du méthylglyoxal et de l'acétaldéhyde (ou éthanal).

 L’acétaldéhyde n’est pas spécialement connu pour être cancérogène mais c’est un antidépresseur IMAO qui est connu pour être responsable de la dépendance physique au tabac en association avec la nicotine

 

 

Mise en garde de l'OMS

« L'e-cigarette menace la santé publique et requiert une attention urgente », a  déclaré aux médias le directeur du département Prévention des Maladies Non Transmissibles à l'OMS, Douglas Bettcher.En conséquence, l'OMS recommande d'interdire aux détaillants de vendre ces produits aux mineurs et d'éliminer les distributeurs automatiques « presque partout ».

Elle demande aussi de prohiber les mentions selon lesquelles ce sont « des aides au sevrage tabagique » jusqu'à ce que les fabricants fournissent des données scientifiques probantes et obtiennent une approbation réglementaire.

 



Alors, des cigarettes électroniques qui rendent accro?!

Cet appareil permet de simuler l’utilisation d’une cigarette mais aucune étude de l’OMS ne permet, à ce jour, de valider sa non-toxicité ou son efficacité dans le sevrage tabagique.

 

 

Les vapoteurs qui pensaient pouvoir arrêter de fumer ne pourront donc pas arrêter facilement de vapoter?!

     

 

                                                                                                                                                                                   Myriam Amat